Féminisation du numérique : un enjeu économique

Aujourd’hui, sur 18,5 millions d’étudiants européens, 55 % sont des filles. Mais dans les disciplines scientifiques (mathématiques, sciences, technologies), elles sont moins d’une sur trois. Parallèlement, l’Europe se demande comment elle va parvenir à former suffisamment de jeunes ingénieurs et informaticiens pour répondre à la demande d’un secteur en forte croissance. La même question se pose face à la concurrence accrue des grands pays émergents comme l’Inde et la Chine qui depuis 2004, forme plus de diplômés dans ces disciplines que l’Europe et que leur nombre qui a doublé ces cinq dernières années, est en croissance exponentielle.

De fait, l’égalité hommes-femmes constitue non seulement un enjeu social, mais également économique pour l’accès aux métiers du numérique où les filles ne représentent encore que 28% de la filière. Focus sur les initiatives menées au sein de la filière numérique à l’occasion de la  journée internationale de la femme qui s’est tenue le 8 mars, sur le thème « L’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous ».

Pour la parité dans le code !

Bien que le cliché du hacker solitaire et obsédé par ses algorithmes ait la dent dure, le secteur a déjà évolué. Et même si le geek n’a pas son équivalent féminin, les métiers du numérique commencent à attirer de plus en plus d’étudiantes. A cela plusieurs raisons :

  • La culture web devenue universelle pour les générations Y et Z qui baignent dedans depuis les bancs de la petite école ;
  • Les connaissances en matière de programmation qui deviennent de plus en nécessaires dans de multiples métiers adjacents (communication, marketing, gestion de projet, éducation…) ;
  • Les salaires plus élevés pour des postes de développeur auxquels les filles aussi prétendent.

A l’heure où les mutations économiques, sociales et culturelles sont largement portées par les nouvelles technologies (il suffit de voir le rôle joué par Internet dans les révolutions des Printemps arabes pour en prendre la mesure), la féminisation de l’informatique va être fondamentale dans la décennie à venir.

Des initiatives pour favoriser la mixité dans les TIC

On assiste actuellement à la mise en place d’initiatives sous forme de conférences, workshops ou cours de coding dédiés aux filles, ou encore de manifestations comme à l’instar de la conférence La journée de la femme digitale qui s’est tenue à Paris pour la seconde année. De même, on trouve Girls in Tech Paris, la branche française du réseau international fondé à San Francisco en 2007 par Adriana Gascoigne. Leur démarche consiste à favoriser la mixité autour d’événements d’ampleur ouverts à tous, dans une dizaine de pays dont l’Inde, le Brésil, la Grèce, la Chine et bientôt l’Italie et la Finlande où est née également Rails Girl. Il s’agit là d’une « une initiative mise en place pour proposer aux jeunes femmes une première expérience de la conception de logiciels qui soit à la fois ludique et facile », explique Linda Liukas, cofondatrice du mouvement avec Karri Saarinen.

Parallèlement, Digigirlz s’inscrit dans le cadre du programme mondial d’accompagnement de la jeunesse mené par Microsoft, en partenariat avec les pouvoirs publics et les tissus associatifs locaux. D’ici à 2015, Microsoft s’engage à aider 300 millions de jeunes dans plus de 100 pays à acquérir les compétences, les outils et le réseau nécessaire à la révélation de leur potentiel. L’initiative se concentre sur trois champs d’action, à savoir faciliter l’accès à la formation, en particulier dans les situations où le lien avec l’éducation est difficile voire rompu, libérer le potentiel des talents de demain en les dotant des outils dont ils ont besoin et enfin, et favoriser l’accès à l’emploi ou la concrétisation de leur projet entrepreneurial.

 

On voit bien, à travers ces différents projets que la société numérique doit être portée aussi bien par les hommes que par les femmes, afin qu’elles puissent aussi apporter leur créativité et leur perspective spécifique au secteur numérique qui se façonne. Et dans le champ des technologies de l’information, de la communication et de l’informatique, bien plus qu’un enjeu, la diversité est une marque de qualité, de progrès et d’enrichissement.

Liens :
http://gitparis.com/
http://www.lajourneedelafemmedigitale.fr
http://www.microsoft.com/en-us/diversity/programs/digigirlz/default.aspx

Ces profils qui tuent… l’innovation

Des obstacles humains à l’innovation ?

Au commencement de l’innovation, entre technologie et utopie, il y a la bonne idée, celle qui vise à améliorer le quotidien et à révolutionner les usages. Mais il y aussi les opposants au progrès qui ce sont pas toujours ceux que l’on croit. C’est du moins les portraits que brosse Dave Martin dans la revue American Banker, relayés en français par le blog cestpasmonidee.blogspot.fr.

Que dit l’analyse ? Tout d’abord, parmi votre équipe de collaborateurs se cache peut-être un des trois profils (ou les trois !) qui nuisent à l’esprit d’innovation. Selon l’auteur, ces trois stéréotypes s’appliqueraient, chacun à leur manière, à saper toute entreprise d’innovation.

Le « sniper », « l’historien » et le « Jetson »

Le premier, qualifié de « sniper » est celui qui relève immédiatement les imperfections et les insuffisances de l’idée proposée. Et comme son nom l’indique, il va s’appliquer à abattre une à une les potentialités du concept soumis. Pire, le sniper va plus loin dans la déconstruction en ne mettant en évidence que les points susceptibles d’être bloquants, tout en prédisant un scénario catastrophe relatif au développement d’un tel projet. Et ce, sans jamais apporter la moindre proposition constructive.

Vient ensuite « l’historien », mémoire vive de l’entreprise qui flirte avec un conservatisme digne de l’époque victorienne. A grand renfort d’expériences malheureuses (vécue), « l’historien » s’assigne comme mission de faire barrage à tout changement. Réfractaire au changement, il se borne à refuser le progrès et les facteurs d’évolution de l’entreprise.

Enfin, le « Jetson » fait référence à la série de dessin-animée où évolue une famille américaine qui vit dans le futur. A l’opposé des deux récalcitrants précédents, le « Jetson » approuve toute nouvelle idée sans aucun recul, estimant qu’elle devrait être immédiatement mise en pratique ou en production, pourvu qu’il s’agisse d’innovation, au mépris de réflexions préalables qui précédent toute nouvelle décision stratégique. Ce type de dérive est tout aussi dangereux que les deux autres, dans la mesure où l’entreprise peut perdre beaucoup de temps et d’argent.

Savoir manager les « talents »

Il est certain que ces types de profils (qui existent) peuvent nuire non seulement au fonctionnement de l’entreprise, mais aussi à son évolution. Cependant, il n’est peut-être pas nécessaire de se lancer dans une chasse aux sorcières car dans chacun de nous, on peut trouver un peu de ces trois profils (toute proportion gardée).

En effet, identifier les freins et les difficultés d’une idée constitue une démarche pragmatique et nécessaire ; tout comme le fait d’apprendre de ses erreurs, ce qui permet de ne pas les répéter. Enfin, il n’est pas possible d’évoluer sans une dose d’enthousiasme et de risque. Voici donc les pistes avancées par Dave Martin qui suggère d’utiliser ces comportements à bon escient, afin de prendre les bonnes décisions stratégiques et mettre ces travers au profit de l’amélioration des propositions d’innovation.

SYNERGIZ recrute !

Vous souhaitez vous investir au sein d’une entreprise dynamique et innovante et contribuer activement à son développement. Vous avez à cœur de bénéficier d’un cadre de vie de qualité, tout en menant un projet professionnel stimulant, où expertise, créativité et passion sont revendiquées comme des valeurs essentielles. Alors, rejoignez l’équipe SYNERGIZ !

Deux postes sont actuellement proposés :

Consultant fonctionnel et
technique – Expert Microsoft

Voir la fiche de poste (PDF) 

Offre de poste SYNERGIZ : Développeur en environnement MicrosoftDéveloppeur
en environnement Microsoft

Voir la fiche de poste (PDF)

Au-delà de ces offres, nous sommes toujours à l’écoute de nouvelles opportunités de collaborations. N’hésitez pas à nous contacter !