Build 2018 : Le plein de nouveautés chez Microsoft

Microsoft Build vient tout juste de refermer ses portes. Cet évènement principalement dédié aux développeurs est aussi l’occasion pour la firme de Redmond d’introduire auprès de sa communauté ses toutes nouvelles innovations. Réalité mixte, IA, Eye Control et Kinect (le retour !), voici, en substance, ce que la Team Synergiz a retenu de cette édition.

La réalité mixte progresse avec HoloLens

Inscrites dans la logique « make better decisions faster », Microsoft a dévoilé deux nouvelles solutions de réalité mixte HoloLens orientées collaboration et maintenance 4.0.

Dispositif de réalité mixte HoloLens de Microsoft

Dispositif de réalité mixte HoloLens de Microsoft

Démarrons par l’application Remote Assist. Elle permettra le partage en temps réel de la vue holographique captée par les HoloLens vers d’autres supports (ordinateurs, mobiles, tablettes…). Les collaborateurs situés à distance pourront aussi apprécier les éléments visualisés par l’utilisateur. Il leur sera également possible d’échanger par la voix ou en images au travers de Skype. La vue de l’utilisateur pourra également être enrichie d’annotations stylisées et être enregistrée pour être transmise vers d’autres médias.  

Quant à L’application Microsoft Layout, elle va se révéler extrêmement utile dans la conception et la modélisation d’objets ou d’espaces. Cette solution permet d’intégrer rapidement des modèles 3D et de les visualiser en environnement réel à travers une simple tablette ou un smartphone.  

La sortie de Remote Assist et Microsoft Layout est officiellement programmée pour le 22 maiFlorent Pelissier, HoloLens & Mixed Reality – Product Marketing Manager chez Microsoft, et Adrien Cayrac, HoloLens Sales Specialist EMEA at Microsoft co-animeront un webinar le jour même sur ce sujet. Voici le lien pour vous inscrire si vous souhitez y participer : bit.ly/2rJzkYU

L’intelligence artificielle (IA) : Amplifier les capacités humaines

« AI for accessibility » est le nouveau combat engagé par Microsoft pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap. La firme intensifie ses recherches sur l’intelligence artificielle et lance un appel aux développeurs du monde entier afin de les encourager à exploiter les ressources de l’IA. On est paré chez Synergiz 🙂

Assistant personnel intelligent "Cortana" sous Windows 10 - Microsoft

Assistant personnel intelligent « Cortana » sous Windows 10 – Microsoft

Des applications comme Microsoft TranslatorCustom Vision ou Helpicto  permettent d’ores et déjà aux malentendants, aux malvoyants ainsi qu’aux autistes de voir, lire, apprendre et interagir avec plus d’intuitivité.

 

Microsoft aspire à démocratiser l’intelligence artificielle et la décliner sur un maximum de supports. En dotant HoloLens d’un Object Recognition (système de reconnaissance d’objets), Microsoft pousse l’IA vers ses propres technologies dans le but de gagner en performance mais aussi d’optimiser l’efficacité de nombreux cas d’usages personnels.

Microsoft Eye-Tracking en mode open source

Le Eye-Tracking (oculométrie en français) regroupe différentes techniques afin d’enregistrer les mouvements de l’œil. Des capteurs se concentrent sur notre pupille et identifient ainsi notre point d’attention sur l’écran.

Reconnaissance oculaire par ordinateur

Reconnaissance oculaire par ordinateur

Introduit l’année dernière, le nouveau système de EyeTracking (Eye Control) de Microsoft permet à ses utilisateurs de contrôler Windows uniquement avec les yeux. Une solution miracle pour les personnes déficientes ne pouvant utiliser ni le clavier ni la souris de l’ordinateur.

Au cours de Build 2018, Microsoft a annoncé le partage de cette technologie en open source. Ainsi, les développeurs du monde entier pourront initier une nouvelle génération d’applications portées sur l’optimisation des usages en utilisant le Eye Tracking.

Project Kinect for Azure : Le retour de Kinect

Fan de Kinect depuis la première heure, on attendait la nouvelle avec impatience ! Microsoft annonce avoir mis au point une nouvelle caméra Kinect équipée d’un système d’intelligence artificielle permettant de gagner en précision et en performance. Cette caméra, destinée entre autres au secteur industriel (maintenance, contrôle qualité ou conception), peut être utilisée à travers le système de cloud Azure de Microsoft. Elle offrira donc plus d’intuitivité et de rapidité à ses usagers. Cerise sur le gâteau : la nouvelle Kinect sera également intégrée à la nouvelle génération d’HoloLens, afin d’obtenir une spatialisation du réel plus fluide et plus précise.

Nouvelle caméra Kinect de Microsoft (Microsoft photo)

Nouvelle caméra Kinect de Microsoft (Microsoft photo)

Microsoft poursuit donc ses objectifs technologiques initiaux en plaçant l’humain au centre de ses innovations. Il s’agit d’améliorer les usages, gagner en efficience et permettre aux plus désavantagés de bénéficier d’une communication et d’un apprentissage plus facile, une vision largement approuvée, développée et appliquée au sein de la Team Synergiz ! 

Startups : 5 bonnes raisons de soigner votre design interactif

design interactif - monocle

1. Répondre à une problématique avec le maximum de simplicité

«  La première exigence d’une expérience utilisateur réussie est de répondre aux besoins exacts d’un client, sans difficulté, ni effort ». Comme Don Norman, nous sommes convaincus que, pour qu’un projet soit couronné d’un minimum de succès, il est aujourd’hui plus que jamais essentiel de placer « l’utilisateur » au centre de toutes les réflexions. Savoir appréhender l’approche interactive est la meilleure façon d’aboutir à une expérience utilisateur concluante, au sens où elle est à même de provoquer une émotion, de déclencher les actions ou réactions pouvant aboutir aux résultats escomptés.

Voir aussi : comment créer de la valeur par le digital

2. Initier et entretenir un dialogue régulier avec sa cible

Indépendamment du moyen, du contexte et du lieu, votre organisation doit être en capacité d’offrir des opportunités originales d’interaction dont la réminiscence puisse être profitable à l’imprégnation de cette expérience unique dans l’esprit ciblé. Au même titre que le marketing, le financement, la gestion de projet et le management, l’approche technique fine induite par le design interactif constitue un excellent moyen de périmétrer votre projet et de lui offrir les capacités d’évolution requises en phase de développement accéléré.

Voir également : comment structurer sa réflexion et formaliser sa méthodologie

protected

3. Explorer, tester de nouveaux usages

Le design interactif couvre aujourd’hui des domaines aussi variés que la conception de produits, l’architecture d’environnement et l’élaboration de dispositifs mettant à la fois en jeu des interactions numériques et des interactions physiques. Cette approche spécifique nécessite la prise en compte très en amont des attentes des utilisateurs, de leurs actions et de leur contexte d’usage. Le design interactif permet tout aussi bien de définir les contours de ces spécificités et que d’envisager de nouvelles manières d’interagir pour ses clients.

Découvrir un exemple original de design interactif

4. Définir les modalités d’interaction

Le processus de décryptage d’analyse comportementale est une étape incontournable pour définir au mieux les us et coutumes des potentiels consommateurs. Quand et comment consomment-ils ? Quel est leur niveau d’équipement technologique ? Quels sont leurs attentes ? Quels sont les éléments les plus contraignants dans leur processus de consommation ? Voici autant de questions auxquelles l’approche par l’interactivité peut apporter un minimum de réponses tangibles.

Développer les innovations aux services des usages

5. Anticiper et préparer les évolutions

Le design interactif englobe des activités et des méthodologies bien spécifiques : recherche et identification des utilisateurs, définition des personas, scénario d’usage, modalité d’interaction, prototypage, test utilisateur… Autant de pratiques et de techniques qu’il apparaît indispensable de maîtriser lorsque l’on créée sa startup et que l’équipe Synergiz s’attache à appliquer quelle que soit la nature ou la dimension du projet accompagné.

buttered

Envie de tester l’interactivité de votre projet ? Notre équipe se tient à votre disposition pour en parler.

 

 

 

 

Interview Maker

Le « Maker Faire » de Saint-Malo aura lieu maintenant dans dix jours. En attendant l’ouverture des portes, Philippe Bénard, « Maker dans l’âme » et collaborateur chez Synergiz, a accepté de répondre à nos questions afin de nous éclairer sur cet événement.

Philippe-Benard-Maker-Synergiz-small

Bonjour Philippe. Tu participes bientôt à la « Maker Faire » de Saint Malo. Peux-tu nous expliquer brièvement en quoi consiste cet événement ?

Le rassemblement « Maker » de Saint-Malo est avant tout un événement organisé par des passionnés pour des passionnés qui aspirent à montrer ce qu’ils font par eux même, avec un minimum de matériel et une grande dose de débrouille. De nombreux univers seront représentés : l’électronique, le numérique, la domotique mais aussi la déco, le jardinage ou bien encore les jeux éducatifs. Parmi les animateurs, on comptera aussi bien des professionnels que des particuliers.  Pour cette seconde édition malouine, il y aura bien entendu pas mal de locaux et de bretons de manière générale.

Qu’est qui selon toi caractérise un « Maker » ?

Un « Maker » est par définition quelqu’un de passionné par un sujet, qui va « aller à fond dedans ». Il va consacrer énormément de temps à la réalisation de son projet et en retirer pas mal de satisfaction. Contrairement à certains inventeurs solitaires, le « Maker » est le « Géo trouvetou » des temps modernes : il aime, il partage. Il peut tout aussi bien faire valoir ses réussites que ses échecs. Il adore échanger avec ses compères et n’hésite pas à explorer d’autres univers pour découvrir de nouvelles sources d’inspiration. Il n’y a pas de notion d’âge chez les « Makers », pourvu qu’il y ait l’envie de créer et de partager. Il y a pas mal d’hommes mais les femmes sont également présentes.

Comment devient-on Maker ?

A la base, pour devenir Maker, il suffit simplement d’avoir une passion et de l’assumer. Dans les faits, cela peut-être « Monsieur (ou Madame) Tout Le Monde ». Il peut s’agir d’une personne qui aime le jardinage et qui fabrique ses propres outils par exemple. Le mouvement Maker est un phénomène qui amène du partage, de la cohésion, la nécessité d’avoir des avis et des conseils pour avancer et progresser. Il n’existe pas à proprement parlé de kit « Maker » pour démarrer, mais dans l’esprit, on essaie de faire un maximum les choses par soi-même, on imagine, on invente avec ce que l’on a sous la main.

Qu’as-tu réussi à construire au juste jusqu’à présent ?

Je fabrique pas mal de choses à base de NET Gadgeteer. Il s’agit de petits kits électroniques préassemblés, composés d’une carte-mère et de modules de commande.  A partir de cela notamment, j’ai  réalisé un « proto » permettant de diriger une webcam à distance à l’aide d’un joystick, le tout doté d’une fonction « Pan Tilt » autorisant la rotation et l’inclinaison de la caméra. Un autre pan de mon activité Maker est dédié à la réalisation d’ateliers pédagogiques permettant d’apprendre à utiliser Gadgeteer. D’un point de vue professionnel, mon approche Maker me permet d’imaginer certaines solutions pour interfacer un capteur avec un pc. C’est notamment ce qui a été mise en œuvre chez Synergiz pour la réalisation du distributeur de boisson Red Bull ou bien encore la vitrine interactive pour le groupe Beaumanoir.

Combien de temps cela t’a-t-il pris ? Combien de temps par jour, par semaine, par mois consacres-tu à cette activité ?

Le temps consacré à mon activité Maker est variable. Cela peut être une semaine complète notamment pour la réalisation de cours, comme ceux déjà réalisés pour le lycée technique ou l’Université de Saint-Malo. Pour mon projet de  « moteurs pas à pas », je vais probablement y consacrer plusieurs journées voire certains week-ends complets. Cela dépendra de la complexité et certainement de ma bonne inspiration du moment.

Que vas-tu nous présenter durant le week-end Maker Faire de Saint-Malo ?

Je vais probablement animer un atelier pédagogique autour des modules NET Gadgeteer. Mon idée est de permettre aux participants de réaliser rapidement un appareil photo numérique avec des commandes bouton, un afficheur LCD couleur, une webcam et une carte-mère. Nous utiliserons Visual Studio pour programmer les modules, leur dire les actions à faire, comme aller cherche une image et l’afficher sur l’écran LCD. On peut aussi imaginer ajouter un module de carte SD pour enregistrer l’image. Si je dispose de suffisamment de temps, j’aimerais bien présenter également une réalisation à base de servomoteurs, permettant de développer les usages multidirectionnels de la caméra.

As-tu des sites, des blogs, des lectures à recommander à nos lecteurs qui souhaiteraient à leur tour devenir Maker ?

J’utilise beaucoup les informations disponibles sur les sites web de certains fabricants.  C’est pour moi une mine de renseignements techniques. Je navigue aussi pas mal sur Internet, sur des blogs où les gens partagent leurs réalisations.

Un site pour s’inspirer en français :

http://sysml-gadgeteer.pagesperso-orange.fr/Modules_GADGETEER.htm

Pour ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare, il y a aussi :

http://mikedodaro.net/2012/09/17/gadgeteer-home-automation-system/

Pour trouver les drivers et mises à jour Gadgeteer :

https://gadgeteer.codeplex.com/

Pour télécharger une version gratuite de Visual Studio :

https://www.visualstudio.com/fr-fr/products/free-developer-offers-vs.aspx

Pour rejoindre le groupe NET Gadgeteer France :

https://www.facebook.com/groups/467501433315274/

Pour toute information complémentaire ou commande de modules NET Gadgeteer, notre équipe s’en charge : contact@synergiz.com

Philippe, merci pour le temps consacré à répondre à cette interview. Rendez-vous les 11 & 12 avril sur le stand Synergiz Quay Duguay-Trouin à Saint-Malo.

www.makerfairesaintmalo.com